Therapie de couple
12 avril 2021 Femmes d'Aujourd'hui

À partir de quand doit-on entamer une thérapie de couple?

Rencontrer des difficultés au sein de son couple n’est pas synonyme de rupture, mais parfois le signe qu’il est temps de travailler ses zones d’ombre. A-t-on pour autant besoin de consulter un thérapeute pour sortir de l’impasse?

Entamer une thérapie peut être vu comme un échec ou une honte. C’est la raison pour laquelle les couples hésitent parfois à se faire aider lorsqu’ils sont en proie à des problèmes relationnels. Et pourtant, c’est une démarche salutaire qui a pour but de rétablir la communication entre les partenaires et d’offrir des solutions aux ennuis rencontrés.

Quand consulter ? L'avis d'une pro 

Pour Marie Tapernoux, sexologue et psychothérapeute relationnelle, entamer une thérapie de couple est une décision qu’il faut prendre en juste conscience et au bon moment, c’est-à-dire “lorsqu’on rencontre des difficultés depuis un certain temps sans réussir à les résoudre à deux et, surtout, que l’on souhaite retrouver une relation harmonieuse”. 

Contrairement à ce qu’on peut croire, la thérapie n’est pas uniquement dédiée aux personnes matures ou aux couples de longue date.

Que vous soyez au début de votre histoire ou ensemble depuis des années, que vous ayez 50 ou 25 ans, peu importe: une thérapie permet de régler même les petits soucis, histoire qu’ils ne prennent pas d’ampleur.

Les signes à surveiller 

La spécialiste précise qu’il est tout à fait normal de se disputer avec son partenaire:

La relation idéale n’existe pas, et heureusement! Un couple, c’est avant tout deux personnes avec leurs envies, leurs besoins et leurs personnalités. Il est donc logique que des tensions surviennent parfois et que l’on doive redéfinir certains points.

Inutile donc de courir chez le thérapeute à la moindre dispute! Par contre, il sera utile de prendre rendez-vous chez un spécialiste si des tensions s’installent sur la durée. Les signes qu’il est temps de consulter sont divers, mais la spécialiste évoque notamment ceux-ci:

  • Une distance qui se crée depuis un temps entre les deux partenaires.
  • Des problèmes de communication.
  • Des problèmes d’ordre sexuel. Que ce soit une baisse de libido, des pannes ou d’autres soucis intimes.
  • Une infidélité qui a mis à mal le couple.
  • Des disputes et des tensions entravant la complicité entre les partenaires.

Un travail à faire à deux 

Si l’un des partenaires est souvent plus demandeur que l’autre, la thérapie doit être envisagée, à terme, comme un travail à faire à deux.

Il est très courant qu’un des deux partenaires soit un peu perplexe en début de travail. Et ce n’est pas vraiment grave lors de la première séance, voire de la deuxième. Je demande toujours au partenaire réticent pourquoi il est présent. Très souvent, la personne me répond ‘pour faire plaisir’. À mon sens, c’est déjà une preuve que la personne désire que les choses aillent mieux. Ce qui sera par contre primordial, c’est que les deux partenaires soient acteurs dans la suite de la thérapie. Sans une implication des deux, la thérapie est vouée à l’échec, poursuit la sexologue.

Marie Tapernoux précise également qu’imaginer une thérapie de couple comme un processus long est erroné: “Beaucoup de gens pensent qu’une thérapie dure des mois et demande beaucoup de temps… En réalité, il ne faut souvent que quelques séances à un spécialiste pour y voir plus clair sur les enjeux du couple et suivre la mise en pratique des conseils donnés”.

Est-il trop tard ?

Rester trop longtemps dans des problèmes relationnels sans consulter peut-il sonner le glas d’un amour? “Oui! S’il est inutile de courir chez le thérapeute à la moindre embûche, il est important de comprendre que rester dans une dynamique négative pendant trop longtemps peut être mortel pour un couple: on peut être las de la situation ou encore tellement blessé, frustré, écœuré qu’il n’est hélas plus possible de réparer le couple”.

Mais ce n’est pas pour autant que la thérapie sera inutile:

La chose à se dire, c’est qu’on n’a jamais rien à perdre à aller voir quelqu’un!

Et même si en fin de la thérapie, le couple prend la décision de se séparer, être suivi par un professionnel permettra aux partenaires de rompre dans des conditions optimales: cela les aidera à déposer leurs émotions, mais aussi à mettre des choses en place pour que la séparation se passe de la manière la plus sereine possible”.

Source