Sexologie
20 avril 2021 Femmes d'Aujourd'hui

Nouvelle histoire: la première fois est-elle toujours un fiasco?

Le premier moment d’intimité que l’on partage avec un nouveau ou une nouvelle partenaire est-il forcément décevant? Non, mais l’idée est de ne pas trop en attendre.

Lorsqu’on rencontre quelqu’un, on s’attend généralement à ce que la première nuit soit mémorable. On l’imagine romantique, trépidante, voire hot, mais à en croire les histoires de premières fois que l’on entend régulièrement, il n’est pas rare que ce moment soit bien plus bancal qu’escompté. Selon Marie Tapernoux, sexologue et thérapeute de couple, il ne faut en effet pas s’attendre à ce que le premier rapport avec un nouveau crush soit digne des plus beaux feux d’artifice.

“On a souvent beaucoup d’attente en ce qui concerne le premier moment intime que l’on s’apprête à vivre, nous dit la spécialiste. Mais il est surtout synonyme d’inconnu: on est face à une personne qu’on connaît parfois peu et avec qui on va passer à l’acte… C’est assez angoissant quand on y pense! Si qualifier la première fois de ‘mauvais coup’ ou ‘de fiasco’ est un peu excessif, il ne faut cependant pas s’attendre à ce que cela soit le moment le plus incroyable de notre vie intime”. “Après, il arrive que les choses se passent très bien, mais ce n’est pas la généralité”, poursuit-elle.

Plus on est stressé, moins on prend son pied

Parole de sexologue, évitez de vous projeter: “Le problème de la première fois, c’est qu’on est souvent dans l’attente, dans l’idéalisation du moment, mais aussi dans le stress, ce qui peut être handicapant, en particulier si l’on est resté longtemps avec la même personne avant cela.

On a envie de plaire à l’autre mais on a parfois peur de mal faire, on peut aussi être angoissé à l’idée de se montrer nu devant une personne pour la première fois, on ne sait pas du tout ce qu’il ou elle aime… Du coup, on se met la pression. Et plus on est en stress, plus on a de chances d’être face à un flop”.

Les conseils de la sexologue pour que ca marche

Pour apprécier ce moment à sa juste valeur, il est bon de se rappeler que le rapport sexuel est avant tout un moment partagé qui évolue selon le niveau d’intimité que l’on crée avec un(e) partenaire. Ça viendra, donc…

1. Sortir de la performance

“La première chose à faire, c’est d’arrêter de se dire que tout doit être parfait, qu’on doit être performant(e) ou imaginer que l’autre va nous trouver nul(le). Le sexe, c’est avant tout un moment de partage, pas une compétition ou une obligation à faire telle ou telle chose pour avoir l’air doué(e)”.

2. Passer du temps à deux 

Inutile de précipiter les choses! Pour espérer passer un bon moment au lit avec votre crush, il est primordial de se mettre dans une ambiance agréable et de passer un moment de qualité avant de passer à l’acte: manger un bout, discuter, se promener, boire un verre… L’idée, c’est de se créer une certaine intimité avant de passer à l’acte.

3. Se concentrer sur les préliminaires

Si vous souhaitez faire monter la température, la sexologue conseille de miser sur les préliminaires. “C’est le meilleur moyen de lancer l’excitation et de se mettre dans les conditions tant psychologiques que physiques”. Ne boudons donc pas notre plaisir! Pensez aux lubrifiants, qui peuvent être d’une grande aide! “On sait que la lubrification est parfois difficile quand on est anxieuse. Or, si on ne l’est pas assez, on risque d’avoir mal, ou de se sentir inconfortable… Alors un conseil: ayez toujours un petit lubrifiant sur vous, afin de vous donner un petit coup de pouce vers le plaisir”.

4. Communiquer beaucoup

Que ce soit avant, pendant ou après l’acte, il est important de parler à son ou sa partenaire afin de partager ce qu’on aime, mais aussi ce qu’on n’aime pas, si ce que l’on pratique nous convient ou pas, etc. En cas de couacs, le dernier conseil de la sexologue est de faire preuve d’humour:

Pour dédramatiser, la meilleure chose à faire est d’en rire. Cela a le don de faire descendre le stress et de créer un moment de complicité entre les deux partenaires.

Source